Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

- Vinyles
- CD
- Bandes
- K7
- Vos goûts et vos couleurs...

Modérateur : VR150

Répondre
Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13405Message René
08 sept. 2019 10:35

Réserve...
René.

Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13419Message René
11 janv. 2021 16:17

Réserve...
René.

Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13420Message René
11 janv. 2021 16:17

Réserve...
René.

Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13421Message René
14 janv. 2021 14:59

Naissance d'un disque IV - Le pressage.
René a écrit :Ce sujet étant étalé sur 4 revues (octobre - novembre - décembre 1969 et janvier 1970) et n'ayant que le dernier épisode... j'ai laissé de la place ci-dessus pour insérer les 3 autres si un jour je peux les mettre. ;)


Le pressage-1.jpg
Le pressage-1.jpg (126.51 Kio) Vu 813 fois

HiFi Stereo a écrit :
Le disque original est gravé, la phase artistique de la création est terminée, la phase industrielle commence. Il va falloir reproduire le disque original 10 000, 100 000, 1 000 000 de fois. Des usines sont spécialisées dans ce travail. Certaines emploient encore une méthode ancienne qui consiste à "presser" les disques dans d'immenses moules à gaufres, les autres une méthode nouvelle : l'injection Cette méthode permet une amélioration des cadences de production et une qualité plus constante grâce à une automatisation extrêmement poussée des dispositifs de commande des machines. Mais si les méthodes ont changé, on continue néanmoins à appeler encore cette opération le pressage.


HiFi Stereo a écrit :
Le disque original porte des sillons gravés comme les disques du commerce. Pour le multiplier il est nécessaire de créer des matrices, c'est-à-dire des "outils", dans lesquelles l'image des sillons est en relief. Ces matrices seront ensuite montées dans les machines à injecter. On pourrait faire directement des matrices par moulage en partant du disque original puisqu'une matrice porte en relief les gravures qui sont "en creux" sur celui-ci. Mais ce moulage doit être d' une précision extraordinaire puisqu'il doit être le reflet fidèle au dixième de micron près de l'original (1/10 000 de mm). De plus à l'écoute du disque, le moindre défaut se traduirait par un "toc" intolérable. Pour que le moulage soit fidèle, on opère donc par galvanoplastie. Ce procédé permet un dépôt à l' échelon moléculaire qui garantit une reproduction fidèle "en relief" du modèle. On pourrait faire directement des matrices en partant du disque original, mais pour des raisons de sécurité on préfère passer par des opérations multiples.

Prenons un exemple: Vous disposez d'une photographie et nous supposerons que vous avez perdu le négatif. Si vous voulez d'autres photographies identiques il faut faire un contretype de la photographie c'est-à-dire un négatif pour pouvoir faire des copies. Pour multiplier un disque original on pourrait procéder de la même façon. Mais imaginons qu'on ait à reproduire 100 000 fois la photographie, au cours des manipulations le contretype sera détérioré et il faudra refaire un négatif et même plusieurs négatifs. Supposons encore que la photographie originale soit d'une valeur inestimable et qu'on ne puisse en disposer qu'une fois. Alors on prendra des précautions supplémentaires. Avec le contre-type P. on va faire une photographie ME. La photographie ME permettra de faire un deuxième contretype MA et c'est avec le contretype MA qu'on tirera les 100 000 photographies. Si au cours du travail le contretype MA est abîmé, avec la photographie ME on pourra refaire un deuxième contretype MA sans toucher à l'original.

HiFi Stereo a écrit :
Dans le cas de la fabrication des disques, on procède de la même façon. Avec le disque original, par galvanoplastie, on crée un contretype appelé Père qui porte en relief l'image des sillons (1). Puis toujours avec le même procédé avec le Père on crée une Mère, disque en métal identique à l'original, donc avec des sillons (2). Ensuite avec la Mère on crée des Matrices qui comme le Père portent en relief l'image des sillons (3). C'est avec une matrice qu'on obtient le disque sous la forme que vous connaissez (4). Précisons tout de même le pourquoi de toutes ces opérations. La première, c'est qu'au cours de la fabrication du père le disque original est détruit. Avant l'invention de l'enregistrement magnétique il était impossible de refaire sans grands frais un nouveau disque original (*). Cette raison n'est plus très valable aujourd'hui. mais les précautions qu'on doit prendre lors de la fabrication du Père empêchent de le fabriquer avec une surface assez dure pour fabriquer un grand nombre de disques. En effet, ainsi utilisé, le père servirait de matrice et les matrices s'usent vite. Avec les machines les plus modernes, avec des matrices en nickel pur (métal très dur) on ne peut guère "tirer" que 10 000 exemplaires. C'est peu pour un disque, il faut donc souvent changer les matrices. Nous dirons pour la petite histoire qu'avec les anciennes méthodes les matrices s'usaient 10 fois plus vite.

* Voir les 3 premiers articles.
Creation matrice.jpg
Creation matrice.jpg (98.52 Kio) Vu 809 fois




HiFi Stereo a écrit :
Le disque original, comme tous les disques, est en matière plastique (en réalité c'est un disque en aluminium recouvert de matière plastique), c' est-à-dire en matière isolante et la première opération à faire si l'on veut faire un moulage par galvanoplastie est de la recouvrir d'une couche conductrice, c'est-à-dire d' une couche d'argent pur. On obtient un dépôt moléculaire par voie chimique. A cet échelon toutes les finesses de la gravure seront respectées. Le disque original est plongé dans un bassin oscillant contenant un décapant où il est nettoyé à fond. Puis il est placé dans un deuxième bassin contenant un sel d'argent et un réducteur. Le réducteur agissant sur le sel d'argent, une couche d'argent pur va se déposer sur le disque.
Preparation disque original.jpg
Preparation disque original.jpg (104.57 Kio) Vu 809 fois




HiFi Stereo a écrit :
Plongé dans un bain de nickel, travaillant sous une très faible intensité, la couche d'argent se recouvre d'une couche de nickel ayant environ 1 micron d'épaisseur. Rappelez-vous vos premières leçons d'électricité, l'épaisseur de la couche est fonction de l'intensité et du temps, on connaît donc son épaisseur exacte sans erreur. Le spécialiste chargé de cette opération délicate vérifie l'état de surface avant de poursuivre.
Verification nickelalge.jpg
Verification nickelalge.jpg (108.05 Kio) Vu 806 fois




HiFi Stereo a écrit :
Dans les bains de galvanoplastie moderne des usines de pressage, les dépôts galvanoplastiques se font sous de très fortes intensités pour diminuer les temps de production. Pour obtenir ce résultat, les pièces à recouvrir doivent tourner à grande vitesse dans les bains et ceux-ci doivent être filtrés en permanence. Ici une machine à trois bacs. Deux sont ouverts et l'on aperçoit le bouillonnement du bain. Un ouvrier ouvre le troisième bac et l'on voit le moteur électrique qui fait tourner les pièces. Ici les opérations sont terminées.
Bains de galvanoplastie.jpg
Bains de galvanoplastie.jpg (126.55 Kio) Vu 762 fois




HiFi Stereo a écrit :
Dans le bain de galvanoplastie, la pièce originale, la mère par exemple, forme un bloc avec la matrice qui vient d'être constituée. Sur le bord extérieur, une épaisse couche de métal s'est formée. La première opération va consister à enlever au tour cette couche de métal pour pouvoir séparer la mère de la matrice.
Sortie du bain.jpg
Sortie du bain.jpg (49.94 Kio) Vu 762 fois




HiFi Stereo a écrit :
Après l'opération de tournage, la mère et la matrice sont encore collées ensemble, mais à la manière d'une coquille d'huître. C'est d'ailleurs avec un couteau à huître que l'ouvrier commencera l'opération. Il la terminera à la main. N ous avons pris comme exemple le cas de la fabrication de la matrice, mais le processus est le même pour l'obtention du père ou de la mère.
Separation mere-matrice -1.jpg
Separation mere-matrice -1.jpg (65.19 Kio) Vu 762 fois




HiFi Stereo a écrit :Comme le montre cette photographie d'une matrice, au cours de toutes les opérations successives qui ont permis sa création, on a perdu le centre du disque. Il est donc indispensable de le retrouver.
Matrice sans centre.jpg
Matrice sans centre.jpg (50.16 Kio) Vu 760 fois




HiFi Stereo a écrit :
Cette opération se fait sur cette machine. Un microscope à projection avec écran "micrométré" permet de suivre le relief d'un sillon. Excusez cette contradiction. Avec trois manettes disposées à 120°, l'ouvrier va centrer le disque sur le plateau, en suivant le relief du sillon sur l'écran et en faisant tourner le plateau à la main. C'est une opération de haute précision car c'est elle qui permettra au disque de passer sur un pick-up sans que le bras bouge. Elle dépend de l'habileté de l'opérateur. Souvenez-vous tout de même, si le bras de votre pick-up bouge, que cet ouvrier n'est pas le seul responsable de l'excentricité des disques. Lorsque la matrice est centrée, le mandrin va descendre et défoncer le centre de la matrice. C'est à partir de ce trou que la matrice sera centrée dans les machines à injecter.
Centrage matrice.jpg
Centrage matrice.jpg (44.44 Kio) Vu 758 fois




HiFi Stereo a écrit :Deux matrices sont montées face à face dans une machine à injecter. L'ouvrière commence par placer les étiquettes sur chacune des matrices. Les étiquettes seront incorporées dans la matière du disque et non collées.
Machine a injecter -1.jpg
Machine a injecter -1.jpg (44.48 Kio) Vu 758 fois




HiFi Stereo a écrit :
Cette opération terminée, l'ouvrière appuie sur un bouton pour déclencher un cycle d'opérations: fermeture du moule, injection de la matière plastique à 150°C, refroidissement, ouverture du moule. L'ouvrière n'a plus qu'à enlever le disque terminé. Pour un disque de 17 cm, le cycle complet est de 15 secondes, pour un disque de 30 cm, il est de 30 secondes.
Machine a injecter -2.jpg
Machine a injecter -2.jpg (76.96 Kio) Vu 758 fois




HiFi Stereo a écrit :
Il reste à ébarber le bord du disque et dans les 17 cm à percer le grand trou. Pendant que la presse à injecter travaille, l'ouvrière va procéder à cette opération. Pour les 17 cm avec une presse hydraulique commandée par la fermeture du dispositif de sécurité. Pour les 30 cm, par rotation du disque devant un couteau. puis ensuite devant un outil en V qui adoucit la coupe précédente.
17cm.jpg
17cm.jpg (42.9 Kio) Vu 754 fois
Ebarbage.jpg
Ebarbage.jpg (74.43 Kio) Vu 756 fois




HiFi Stereo a écrit :L'armoire de commande d'une presse à injecter.
Armoire de commande presse.jpg
Armoire de commande presse.jpg (77.08 Kio) Vu 756 fois




HiFi Stereo a écrit :Vue de l'atelier Dimoplast à Groslay
Vue atelier Dimoplast - Groslay.jpg
Vue atelier Dimoplast - Groslay.jpg (191.89 Kio) Vu 756 fois





*** Fin de l'article ***
René.

Avatar du membre
charlys
Messages : 1219
Enregistré le : 09 janv. 2011 18:40
Localisation : ORNE

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13439Message charlys
17 janv. 2021 18:29

très beau ce reportage que tu montres René .

j'ai vu cela aussi
https://sourdoreille.net/vinyles-commen ... ique-inde/

Amitiés
charlys

Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13440Message René
17 janv. 2021 22:01

Bonjour Charlys,

Merci pour le lien.
En voici un autre:
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... au.N855770

On voit quelques évolutions dans la fabrication mais certaines choses restent identiques, comme les bacs de galvanoplastie par exemple...


Une video:

René.

Avatar du membre
E.N.S.
Messages : 72
Enregistré le : 15 mars 2021 12:21
Localisation : L'auberge La Goutte-d'Or

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13918Message E.N.S.
15 avr. 2021 22:39

Bonjour à tous,

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu, cette vidéo très instructive sur les processus de fabrication d'un disque. Le sujet est intéressant par ses différents aspects abordés et les intervenants, tant les ingénieurs graveurs, que des ouvriers travaillant à la galvanoplastie, ou encore une "oreille".

On notera au passage la profusion de beau matériel, pas mal de P. Clément d'ailleurs, première génération à vitesse manuelle (certaines forment un intégré que je n'avais jamais vu...). Un graveur Lyrec, et j'en passe.

Certains arriveront peut-être à identifier le bâtiment, et l'entreprise donc. Chatou peut-être ?

Comment fabrique-t-on un disque ? Un film de Gilbert Pineau:
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k13205465/f1

On peut écouter un extrait du résultat final ici :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... s/f2.media

Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13948Message René
16 avr. 2021 22:20

Merci Elim pour cette vidéo qui date de 1960
8-)

On y retrouve les différentes phases de fabrication décrites ci-dessus.
La fin de la vidéo met l'accent sur les disques souples.

D'après ce que j'ai pu comprendre, l'usine est proche de Sartrouville, Yvelines.
René.

Avatar du membre
René
Messages : 3906
Enregistré le : 27 avr. 2010 10:35
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13961Message René
17 avr. 2021 14:28

On peut lire sur le site amourdurocknroll:

amourdurocknroll a écrit :Les chansons de Paul ANKA Vedette exclusive en France du LABEL VÉGA , utilisées pour tester la fiabilité du nouveau concept de fabrication de disques de type FLEXI DISC ou FLEXIDISC mis au point par le LABEL VÉGA : la société S.A.I.P. VÉGA à SARTROUVILLE , Seine et Oise : SOCIETE d' APPLICATIONS INDUSTRIELLES PLASTIQUES .
Sur cette page.

Il s'agit donc certainement de l'usine que l'on voit dans la vidéo ci-dessus.


Au passage, je vous indique ce pdf (avec photos) que j'ai trouvé en fouillant sur le net: LA MAISON DE DISQUES VOGUE : De la croissance à la faillite : analyse artistique et commerciale d’un label français pendant les Trente Glorieuses 1948-1992

Provenance: lecalamarnoir.fr
René.

Avatar du membre
E.N.S.
Messages : 72
Enregistré le : 15 mars 2021 12:21
Localisation : L'auberge La Goutte-d'Or

Re: Naissance d'un disque: HiFi Stereo 1969 - 1970 et autres archives

Message : # 13976Message E.N.S.
18 avr. 2021 14:55

On peut lire sur le site amourdurocknroll:

amourdurocknroll a écrit :
Les chansons de Paul ANKA Vedette exclusive en France du LABEL VÉGA , utilisées pour tester la fiabilité du nouveau concept de fabrication de disques de type FLEXI DISC ou FLEXIDISC mis au point par le LABEL VÉGA : la société S.A.I.P. VÉGA à SARTROUVILLE , Seine et Oise : SOCIETE d' APPLICATIONS INDUSTRIELLES PLASTIQUES .
Sur cette page.

Il s'agit donc certainement de l'usine que l'on voit dans la vidéo ci-dessus.
Bien vu René ! C'est vrai qu'on pense que trop souvent à Chatou comme grand centre du pressage français.
Au passage, je vous indique ce pdf (avec photos) que j'ai trouvé en fouillant sur le net: LA MAISON DE DISQUES VOGUE : De la croissance à la faillite : analyse artistique et commerciale d’un label français pendant les Trente Glorieuses 1948-1992
Merci pour la thèse de Lucie Servin, ça me fera une lecture intéressante. Hautement compliquée j'imagine, car le sort de nombreux labels, ou usines, à été réglé à la va-vite, et les fonds d'archives sont cruellement manquants dans ce domaine... J'en ai fait l'épouvantable découverte récemment, cherchant à faire des recherches sur un disque de Tchernia publié sur le label : unidisc. En demandant via un ami proche qui avait une connaissance travaillant chez le label Naïve (qui a racheté le catalogue dans un fond) à qui il fallait s'adresser pour les questions d'archives papiers etc... Sa réponse fut lapidaire : "Des archives ? On en a pas..."

Répondre

Retourner vers « Disques & Musiques »